Accueillir l’avenir au bon moment sur les terres du Château l’Hospitalet

Accueillir l’avenir au bon moment sur les terres du Château l’Hospitalet

Accompagnement, soins, surveillance et suivi du calendrier lunaire, Marc-Olivier Trompette, régisseur du Château l'Hospitalet, est un biodynamiste convaincu, autant dans les vignes que dans son propre jardin. Un régisseur à l'écoute de son terroir au magnétisme puissant, à l'image des vins de La Clape. 

Les vendanges se succèdent mais ne se ressemblent pas. Chaque année possède ses spécificités et chaque millésime est unique. Avec toujours cette constante, celle de la quête de la maturation optimum, centrale dans la fabrication des meilleurs crus de Gérard Bertrand. 

Marc-Olivier Trompette est prêt à accueillir l’avenir des vendanges 2021. Pourtant, les dates ne sont pas fixées à l’avance. Et ce n’est qu’à la suite d’une surveillance accrue que les parcelles sont vendangées l’une après l’autre, séparément, en fonction de critères précis : « Chez Gérard Bertrand, nous poussons les maturités à leur maximum pour avoir des équilibres phénologiques et des maturités optimums. Cette méthode nous permet d’arriver à produire les grands vins que nous fournissons chaque année. »
Le temps des vendanges peut alors s’étaler sur deux mois et demi. Une période charnière qui donne toute sa place aux différentes typicités des parcelles et des sols de La Clape. Pour Marc-Olivier, « c’est une période intense de surveillance. Nous pouvons comparer le vignoble à un jeune enfant. Nous le surveillons afin qu’il ne lui arrive rien. Nous mettons tout en œuvre pour qu’il évolue correctement et sans accident de parcours. Nous sommes en tournée deux à trois fois par semaine sur toutes nos parcelles et nous effectuons également des analyses. Le but est d’accompagner le raisin le plus loin possible et d’atteindre la qualité attendue par Gérard Bertrand. »

A la recherche d’un équilibre naturel

A l’origine d’un bon vin se trouve le raisin. Et pour arriver à l’excellence des grappes, les domaines Gérard Bertrand pratiquent la biodynamie. Plus qu’une pratique, la biodynamie représente un art de vivre pour Marc-Olivier : « Nous recherchons un équilibre et sommes dans une optique de compréhension de la plante. Comme pour les personnes, nous tentons de comprendre ses problèmes et d’interpréter ce qu’elle nous présente visuellement. Nous travaillons beaucoup sur les ressentis et appliquons des tisanes, des préparations naturelles pour les soigner ou les aider à bien s’implanter. »
En biodynamie, les traitements ne sont pas automatiques. A la différence de la viticulture conventionnelle, le sol est travaillé uniquement lorsqu’il y a un besoin corroboré par des analyses. Plus complexe, cette méthode requiert un engagement fort des équipes, une étroite collaboration entre le naturel et le scientifique ainsi qu’une prise en compte des différents terroirs.

Une vigne, des terroirs

Sur le massif de La Clape, deux terroirs prédominent. Le premier, argileux, permet une réserve d’eau intéressante car l’eau est rendue progressivement à la vigne en été. Le second, de type calcaire, se caractérise par des sols plus chauds. Ce sont des parcelles sur lesquelles la maturité arrive plus tôt par résonance du soleil. Le vin issu de ce sol possède un caractère lumineux, frais et salin.
Lorsque les vendanges se termineront, le sol reprendra ses droits mais l'équipe de Marc-Olivier n'aura pas dit son dernier mot. Elle aidera la vigne à entrer doucement en dormance : « L'heure de restimuler les sols, de les décompacter, de leur apporter des oligo-éléments et des acides aminés afin de permettre un bon redémarrage l'année prochaine. »

 Accueillir l'avenir - Vendanges 2021 :

 

 

Commentaires

Soyez le premier à commenter.
Tous les commentaires sont modérés avant d'être publiés.